Maurice Jaubert

Date de naissance 03 janvier 1900 Nice
Activité Compositeur
Décès 19 juin 1940

 

Maurice Jaubert est un compositeur français né à Nice le et mort pour la France, à l'hôpital de Baccarat, le (à 40 ans).

Biographie

Maurice Jaubert naît à Nice, le 3 janvier 1900. Il est le deuxième fils de Maître François Jaubert, avocat et futur président du barreau de sa ville, et de Haydée Faraut. Au lycée Masséna, il obtient en 1915 la première partie du baccalauréat, et en 1916 la seconde. Il suit parallèlement, au conservatoire de sa ville, les cours d'harmonie, de contrepoint et de piano. Il remporte un premier prix de piano en 1916.

Il quitte alors Nice pour Paris, où il obtient, à la Sorbonne, une licence ès lettres et un doctorat en droit. À son retour dans sa ville natale, il est le plus jeune avocat de France. Ses toutes premières compositions datent de cette époque, où dil evient aussi officier spécialisé en génie. Démobilisé en 1922, il décide d'abandonner la pratique du droit au profit de la musique. L’année suivante, il complète sa formation musicale avec Albert Groz, à Paris.

Se succèdent alors de nombreuses mélodies, des pièces pour piano, des oeuvres de musique de chambre et des divertissements. En 1925, il écrit sa première musique de scène pour Le Magicien prodigieux, une pièce du dramaturge espagnol Calderón, et utilise le Pleyela - iI travaille alors, pour la compagnie Pleyel, à l’enregistrements de rouleaux destinés à ce piano mécanique, révolutionnaire à l’époque. De fait, durant sa trop brève carrière, Jaubert s’intéressera à toutes les innovations technologiques qui peuvent servir ses aspirations artistiques. C’est à cette occasion qu’il rencontre la soprano Marthe Bréga, qui deviendra l’interprète de la plupart de ses compositions vocales. Il l'épouse en 1926, avec Maurice Ravel pour témoin. Elle lui donne une fille, Françoise, en 1927.

En 1929, il commence à composer et à diriger pour le cinéma tout en poursuivant son œuvre destinée à la salle de concert et à la scène, autant pour des opéras-bouffes que pour pour des pièces de Jean Giraudoux. Au cours de la décennie qui suit, il compose la musique de nombreux films : Le petit chaperon rouge, d'Alberto Cavalcanti, La vie d’un fleuve de Jean Lods, L'affaire est dans le sac des frères Prévert, Zéro de conduite et L’Atalante de Jean Vigo, Quatorze juillet et Le dernier milliardaire de René Clair, Carnet de bal et La fin du jour de Julien Duvivier, L'Île de Pâques et Regards sur la Belgique ancienne d'Henri Storck, Drôle de drame, Hôtel du Nord, Quai des brumes et Le Jour se lève de Marcel Carné.

Le cinéma, qu'il aime et comprend, contrairement à beaucoup de ses contemporains, ne représente pourtant qu'une des multiples facettes de l’activité créatrice de Maurice. Jaubert. Chef d'orchestre très sollicité, il dirige non seulement la musique de nombreux films chez Pathé-Nathan (dont celles d’Arthur Honegger et de Darius Milhaud) mais plusieurs concerts, tant en France qu'à l'étranger. Ses écrits, ses conférences et une importante correspondance constituent un précieux témoignage de sa compréhension de l’évolution des années 1930 à 1940 et de ses prises de position, tant politiques (vis à vis de la Guerre d'Espagne, par exemple) que musicales. C’est ainsi qu’il défend vigoureusement Kurt Weill, alors totalement incompris.

La guerre vient détourner ce remarquable parcours artistique. Mobilisé en septembre 1939, le capitaine de réserve Maurice Jaubert rejoint aux premières lignes la compagnie du génie qu'il commande. Il ne la quittera que pour deux brèves permissions à Nice, en janvier et avril 1940. Les lettres à son épouse font état d’un esprit de sacrifice empreint d’un profond humanisme. C’est « aux armées » que Jaubert compose ses deux dernières œuvres (qu’il n’aura pas l’occasion d’entendre) : mortellement blessé par un tir ennemi, il meurt quelques heures plus tard à l'hôpital de Baccarat, le 19 juin 1940. Initialement inhumé dans le cimetière de Baccarat, il est transféré en 1952 dans le cimetière de Caucade, à Nice.

Texte attribué à Emmanuel Chamboredon des disques Milan.

Oeuvres pour le concert

  • Impromptu (?) : pour piano ;
  • 6 Inventions (?) : pour piano ;
  • Suite en la (?) : pour violoncelle et piano ;
  • 4 Romances (1924) : pour voix et piano ;
  • Cinq chants sahariens (1924) : pour voix et petit ensemble ;
  • Les Pêcheurs (1925) : ballet
  • Chants de la Côte (1925) « Chansons populaires de la Provence et du comté de Nice » harmonisées pour 1 voix et piano ;
  • Contrebande (1927) : opéra de chambre sur un texte de Georges Neveux ;
  • Le mensonge de Nina Petrovna (1929) : suite pour piano tirée de sa partition cinématographique ;
  • Intermezzo (1929) : pour piano et orchestre, tirée de sa partition cinématographique Le mensonge de Nina Petrovna ;
  • Cinq danses de l'Amazonie (1930) : pour orchestre ;
  • Le jour (1931) : poème chorégraphique pour orchestre symphonique ;
  • Suite française (1932) : pour orchestre ;
  • Quatorze Juillet (1933) : suite de danses pour piano tirées de la partition cinématographique ;
  • Ode à la Montagne (1933) : pour orchestre ;
  • Deus Abraham (1934) : motet ;
  • Ballade (1934) : «Symphonie de Lewis» pour orchestre, tirée de Tessa ;
  • Le Petit Chaperon Rouge (1935) : suite pour piano, suite burlesque pour 12 instruments
  • Nativité (1935) : cantate pour soli, chœurs et orchestre ;
  • Cantate pour le temps pascal (1935) : pour soli, choeur et orchestre ;
  • Trio italien (1935) : pour violon, alto et violoncelle ;
  • Sonate a due (1936) : pour violon, violoncelle et orchestre à cordes ;
  • Concert flamand (1936) : pour orchestre ;
  • Intermèdes (1936) pour orchestre à cordes ;
  • Normandie (1937) : ballet pour orchestre ;
  • Géographies (1937) : pour chœurs et orchestre ;
  • Jeanne d'Arc (1937) : symphonie concertante pour soli, choeur et orchestre ;
  • Proses (1938) : pour choeur mixte et orchestre ;
  • L'Eau vive (1938) : « 5 chants de métier de la Haute-provence» sur des textes de Jean Giono ;
  • Caprice italien (1938) : concerto pour orchestre à cordes ;
  • Saisir (1939) : cinq mélodies pour soprano et petit orchestre ;
  • Trois Psaumes pour le temps de guerre (1940) : pour chœur de femmes, harpe et piano.

Musiques de scène

  • 1925 : musique de scène pour la pièce de Pedro Calderon Le Magicien prodigieux ;
  • 1934 : musique de scène pour Tessa, la nymphe au cœur fidèle, pièce de Jean Giraudoux d'après le roman The Constant Nymph (La Nymphe au cœur fidèle) de Margaret Kennedy (1924) ;
  • 1935 : musique de scène pour La guerre de Troie n'aura pas lieu, pièce de Jean Giraudoux ;

Musiques de films

  • 1926 : Nana de Jean Renoir
  • 1929 : Le Mensonge de Nina Petrovna (Die wunderbare Lüge der Nina Petrowna) de Hanns Schwarz
  • 1930 : Le Petit Chaperon rouge d'Alberto Cavalcanti
  • 1931 : La Vie d'un fleuve, la Seine (court-métrage documentaire) de Jean Lods
  • 1931 : Au pays du scalp (documentaire) de Robert de Wavrin
  • 1932 : L'affaire est dans le sac de Pierre Prévert
  • 1933 : L'Homme mystérieux (court-métrage) de Maurice Tourneur
  • 1933 : 14 juillet de René Clair
  • 1933 : Zéro de conduite de Jean Vigo
  • 1933 : Mirages de Paris de Fedor Ozep
  • 1934 : L'Île de Pâques (documentaire) de John Fernhout et Henri Storck
  • 1934 : L'Atalante de Jean Vigo
  • 1934 : Le Dernier Milliardaire de René Clair
  • 1935 : Justin de Marseille de Maurice Tourneur (Direction d'orchestre)
  • 1936 : Mayerling d'Anatole Litvak
  • 1936 : Barbe-Bleue (court-métrage d'animation) de Jean Painlevé
  • 1936 : La Vie parisienne de Robert Siodmak
  • 1937 : We Live in Two Worlds (court-métrage documentaire) d'Alberto Cavalcanti
  • 1937 : Un carnet de bal de Julien Duvivier
  • 1937 : Drôle de drame de Marcel Carné
  • 1938 : Les Filles du Rhône de Jean-Paul Paulin
  • 1938 : Le Quai des brumes de Marcel Carné
  • 1938 : Altitude 3200 de Jean Benoît-Lévy et Marie Epstein
  • 1938 : Hôtel du Nord de Marcel Carné
  • 1939 : Violons d'Ingres (court-métrage) de Jacques B. Brunius
  • 1939 : L'Esclave blanche de Marc Sorkin et Georg Wilhelm Pabst
  • 1939 : La Fin du jour de Julien Duvivier
  • 1939 : Le jour se lève de Marcel Carné

Maurice Jaubert a joué un petit rôle de chef d'orchestre dans La Nuit de décembre de Kurt Bernhardt, réalisé en 1939.

 

Source : Wikipedia

Top Titres

La Quai Des Brumes 1

La Quai Des Brumes

Hôtel Du Nord 2

Hôtel Du Nord

Générique Le Quai des brumes 3

Générique Le Quai des brumes

Quai Des Brumes 4

Quai Des Brumes

Générique Drôle de drame 5

Générique Drôle de drame

Quatorze Juillet 6

Quatorze Juillet

Un Carnet De Bal_Valse Grise 7

Un Carnet De Bal_Valse Grise

Atalante 8

Atalante

L'Atalante - L'Atalante (Main Title) 9

L'Atalante - L'Atalante (Main Title)

Port of Shadows - From 10

Port of Shadows - From "Port of Shadows"

Top Albums

Les Grandes Heures Du Cinéma Français
Les Grandes Heures Du Cinéma Français
pistes
Les enfants du paradis (Marcel Carné, Jacques Prévert et la musique)
Les enfants du paradis (Marcel Carné, Jacques Prévert et la musique)
pistes
(null)
(null)
pistes

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article